• 01HP MMM Europe
  • 02HP MMM Europe
  • 03HP MMM Europe

2017 / 12/07 Appel conjoint de la société civile pour soutenir les progrès rapides de la directive sur l'équilibre entre le travail et la vie privée

Aujourd'hui, MMM avec 9 autres réseaux et organisations de la société civile représentant des millions d'enfants, de jeunes, d'adultes et de familles dans l'UE publient une déclaration commune. Elle demandent au Conseil de continuer à négocier sur la proposition de directive sur l'équilibre vie-travail sans l'édulcorer et en supprimant les obstacles s'opposant à son approbation.

Le 26 avril 2017, la Commission européenne a proposé une directive visant à «concilier travail et vie privée pour les parents et les aidants», un sujet qui figurera à l'ordre du jour du prochain Conseil EPSCO (Conseil Emploi et affaires sociales) du 7 décembre 2017.

Nous demandons une telle initiative depuis de nombreuses années et nous accueillons favorablement la proposition parce que nous croyons fermement qu'elle pourrait avoir un impact réel. Le cadre juridique et institutionnel actuel ne répond pas suffisamment aux problèmes quotidiens des parents et des soignants et ne fournit pas de solutions adéquates aux besoins des sociétés modernes (vieillissement de la population, écart de rémunération et de retraite entre les sexes et égalité des chances sur le marché du travail).

La proposition de directive sur l'équilibre entre vie professionnelle et vie privée est la bonne voie à suivre. Elle doit maintenant être rapidement approuvée et faire l'objet d'un suivi. Certaines des mesures incluses sont particulièrement utiles, telles que l'introduction du congé de paternité rémunéré de dix jours, le congé de soignant rémunéré, le congé parental rémunéré (au niveau du congé maladie) non transférable et le droit de demander des conditions de travail flexibles. Cela apportera de réels changements dans la vie de nombreux Européens.

Déclaration complète

2017/11/20 Jour international de l’enfant: Plus de 30.000 enfants apatrides chez Daech méritent un avenir

A l'occasion de la Journée internationale des droits de l'enfant, Make Mothers Matter (MMM) et les mères qu'elle représente partout dans le monde a exhorté les gouvernements de 25 pays où les mères ne peuvent pas transmettre leur nationalité à leurs enfants, de changer leur législation. Il est temps de mettre fin à l'apatridie des enfants en enregistrant toutes les naissances afin d'assurer l'égalité des droits à tous les enfants.

31 000 femmes enceintes de combattants de Daech sont maintenant mères d'enfants qui se retrouvent sans papiers valables et au bord de l'apatridie. Le HCR signale que déjà 130 000 personnes sont apatrides en Irak, précisant que les plus vulnérables sont les enfants de mères irakiennes et de pères non nationaux.

Par conséquent, conformément à l'article 7 de la Convention relative aux droits de l'enfant sur l'enregistrement des naissances, nous exhortons le gouvernement irakien à enregistrer les naissances de cette nouvelle génération d'enfants apatrides afin d'éliminer la violence institutionnelle et la discrimination.

Pour lire la déclaration complète (en anglais)

2017/04/11 Journée internationale de la santé maternelle: parlons de la dépression post-partum

Cette année, pour la Journée internationale de la santé maternelle, nous voulons mettre en lumière la dépression, l'un des problèmes de santé mentale les plus courants en Europe. Une personne sur sept peut subir une dépression à un moment donné de sa vie et chacun de nous peut être affecté. Ce jour-là, Mental Health Europe (MHE), Make Mothers Matter (MMM) et le Lobby européen des femmes (EWL) unissent leurs forces pour rompre le silence autour d'une forme spécifique de dépression: la dépression post-partum.

 
Selon l'Organisation mondiale de la santé, environ 10-15% des femmes qui viennent d'avoir un bébé souffrent de dépression post-partum, en Europe et dans le monde. L'impact sur les femmes et leurs familles peut causer de nombreuses difficultés. L'expérience et les sentiments de la dépression post-partum sont intenses et ne doivent pas être confondus avec le «baby blues», un terme couramment utilisé pour décrire l'inquiétude et la fatigue que de nombreuses femmes éprouvent après leur accouchement.
 
Que peut faire l'Europe? Les soins de santé maternelle abordables, accessibles et de qualité varient considérablement d'un État membre à l'autre. Nos organisations respectives demandent à la Commission européenne de veiller à ce que le prochain paquet sur l'équilibre entre vie professionnelle et vie privée soit ambitieux, comprenant des propositions législatives telles qu'un congé de maternité, un congé parental plus long et une nouvelle directive sur les paternités et les soignants traitant des causes profondes de la santé chez les mères. Nous suggérons également d'autres recherches dans le domaine de la dépression post-partum ainsi que sur l'impact de la violence obstétricale sur le bien-être psychologique des femmes, comme le suggère l'OMS. Il est également important de chercher à élaborer des initiatives de sensibilisation à l'échelle européenne et des lignes directrices sur des soins respectueux et non abusifs pendant l'accouchement, la reconnaissance du lien entre santé mentale et physique,le respect des droits de l'homme, y compris le droit de toutes les mères et leurs familles d'accéder à des soins appropriés et de qualité.

Page 1 sur 3

Login Form-fr

Espace privé

Back to Top